ROI du BIM : les petites entreprises peuvent également économiser de l’argent

Si vous dirigez une petite entreprise de construction ou un magasin de détail, le BIM et toute la technologie qui s’y rapporte sont sans aucun doute dans votre radar. Si vous n’avez pas déjà investi dans le logiciel et/ou la formation requis pour commencer à utiliser le BIM sur site, il est plus que probable que vous avez payé quelqu’un d’autre pour le faire pour vous, au moins pour réaliser une mission ou deux. 

Sans conteste, le BIM domine l’avenir de la construction. Et, progressivement, il devient essentiel pour les entreprises qui veulent rester compétitives. Mais il est également entendu qu’adopter le BIM nécessite un investissement coûteux tant en outils qu’en temps. En conséquence, de nombreuses petites entreprises hésitent toujours à passer le cap car elles s’inquiètent que le ROI résultant de l’adoption du BIM puisse être long à venir ou ne pas venir du tout. 

Cependant, la réalité réfute cette crainte. 

Observons quelques statistiques réalistes et anecdotes qui soutiennent la valeur du ROI de l’adoption du BIM même pour les plus petites entreprises de construction. 

Tout d’abord, une histoire...

12 juin 2009 : Le jour où l’antenne est morte

Vous souvenez-vous, en 2009, lorsque le FCC a fixé une date (le 12 juin) à laquelle tous les diffuseurs télévisés devaient cesser leurs transmissions analogiques et transmettre uniquement en numérique à compter de ce moment ? 

Avant l’échéance imminente, l’adoption de la technologie numérique nettement supérieure a été lente et constante durant des années. Cela semblait normal pour les consommateurs qui ont généralement pu choisir entre analogique et numérique pour presque toutes les chaînes qu’ils souhaitaient regarder. Mais en arrière-plan, ce fut la panique et des frais considérables pour le secteur car les deux technologies concurrentes ont dû être développées et entretenues simultanément. Et comme les chaînes télévisées sont des entités dont l’objectif est de faire du profit, les frais inévitables générés par ce niveau d’inefficacité ont été répercutés sur les consommateurs à long terme.

Ensuite, dans les semaines précédant l’échéance du FCC, les ventes de téléviseurs et de convertisseurs compatibles avec le numérique ont atteint des sommets (personne ne voulait manquer un épisode de « Lost ») jusqu’à 2,5 % des foyers américains n’ont pas pu visionner leurs épisodes préférés le 12 juin. Durant les trois mois suivants, tous les réfractaires avaient adopté la nouvelle technologie et tout le temps, les efforts et les fonds investis dans le maintien du système de transmission analogique archaïque ont été réinvestis pour améliorer l’intensité du signal, étendre la portée et améliorer la qualité ainsi que la diversité des programmes.

En résumé, tuer l’antenne a rendu le monde meilleur. Du moins, pour les accros à la télévision.

Qu’a donc en commun la télévision analogique avec le BIM ?

Nous sommes à une étape assez similaire dans le secteur de la construction à celle que la télévision a connue en 2009. 

La majeure partie de l’industrie a déjà adopté la technologie BIM qui s’est avérée supérieure à la CAO en 2D presque en tout point. Actuellement, on estime que 72 % des sociétés de construction américaines utilisent les technologies du BIM impliquant des économies significatives sur les coûts des projets, qu'en est-il de la France ? Dès 2003, l’Administration Générale Américaine des Services (GSA) a mis en place le Programme National BIM 3D-4D, qui a mandaté l’adoption du BIM pour tous les projets de Service des Constructions Publiques. De nombreux gouvernements fédéraux et locaux ont suivi cet exemple dans tout le pays, comme à l’étranger. 

À ce jour encore, le secteur soutient les technologies émergentes du BIM tout en étant contraint de maintenir des dessins en 2D plus anciens tout au long du flux du travail de la construction. En conséquence, comme pour la télévision avant 2009, quasiment tout le monde subit de l’inefficacité et des dépassements de frais. 

Tandis qu’il n’y a aucun signe de réglementation gouvernementale de grande envergure pour mettre en place une adoption complète du BIM, la pression du secteur tend sans aucun doute dans cette direction, avec de nombreux entrepreneurs, fabricants et clients qui choisissent d’accepter uniquement des modèles BIM en 3D pour leurs missions. Ceci nécessite que chaque société de construction adopte le BIM ou passe à côté de futures opportunités.

Pourquoi la 3D est toujours supérieure à la 2D

Pour les sociétés encore hésitantes face au coût de l’adoption du BIM, les statistiques et comparaisons suivantes devraient contribuer à illustrer et clarifier la nette supériorité de la modélisation 3D et donc, la raison de la situation décrite ci-dessus :

Le BIM réduit les erreurs...

Créer des modèles de construction numériques en 3D réduit le nombre d’erreurs et d’omissions dans les documents de construction. Comme tous les aspects de la conception peuvent figurer dans un seul modèle universel, le risque d’erreur humaine en reproduisant la conception sous différents angles dans plusieurs dessins est moindre. Et le logiciel BIM moderne et puissant peut souvent identifier et souligner les erreurs potentielles dans la conception susceptibles de passer inaperçu en utilisant une technologie de dessin moins sophistiquée. 

…et repère les erreurs précocement dans le processus

La conception et la construction virtuelles à partir de modèles BIM en 3D s’avèrent plus efficaces pour identifier les problèmes précocement dans le processus de construction. Il en résulte moins de remaniement dans la fabrication et sur le site ainsi que moins de commandes modifiées de manière inattendue ou de retard en raison de problèmes de réapprovisionnement. 

47 % de tous les utilisateurs ont fait ce choix pour un bénéfice significatif résultant de l’adoption du BIM, notamment les entrepreneurs. Plus les entrepreneurs ont d’expérience d’utilisation du BIM, plus ils apprécient cet avantage particulier, avec 77 % d’utilisateurs experts sélectionnant la « réduction de remaniement » comme le plus grand avantage de l’adoption du BIM.

Le BIM améliore la précision de prévision des projets

L’universalité propre d’un modèle en 3D en fait l’outil de planification de projets idéal à chaque étape du flux de travail de construction, de l’estimation initiale et à l’établissement du budget à l’analyse post-projet. Le modèle offre une compréhension plus nuancée du travail à venir, une meilleure image du budget et une vue plus approfondie de la logistique nécessaire.

Après la réduction des erreurs, cet aspect des bénéfices du BIM s’est avéré attrayant pour la plupart des entrepreneurs expérimentés interrogés avec 22 % vantant la meilleure prévision des coûts de cette technologie, 21 % indiquant qu’elle leur a donné une meilleure compréhension générale du projet et 16 % soulignant les capacités de planification améliorées offertes par le modèle en 3D.

En gardant ces avantages fondamentaux du BIM à l’esprit, comment l’investissement dans cette technologie peut-il générer un véritable ROI, même pour les petites entreprises ? 

Comment le BIM favorise le ROI

Les mêmes rapports soulignent différentes manières selon lesquelles même les très petites entreprises ont pu bénéficier de retour sur investissement impressionnant dans la technologie BIM et de la formation ces dernières années. 

Dans l’ensemble, 65 % des entrepreneurs interrogés ont signalé un ROI positif de leur adoption du BIM, avec plus d’un quart d’entre eux affichant un retour de 25 % ou plus. Sur les 35 % de personnes interrogées restantes, nombre d’entre elles ont dû admettre qu’elles ne faisaient pas un suivi efficace du ROI et ne pouvaient donc pas répondre de manière satisfaisante à la question. Environ 15 % ont indiqué qu’elles avaient au moins réalisé des bénéfices et moins de 5 % déclarent ne pas avoir recouvré leur investissement dans cette technologie et ce processus efficaces. 

Pour résumer, voici une synthèse des bénéfices du BIM qui souligne le ROI positif pour la plupart des utilisateurs :

  • Marketing plus efficace - Être capable de présenter aux clients potentiels un modèle en 3D au visuel sensationnel plutôt que toujours les mêmes maquettes peut faire une différence remarquable, notamment pour les plus petites entreprises. Si la plupart de vos concurrents utilisent toujours l’ancienne technologie, l’effet impressionnant peut à lui seul vous permettre de remporter plus de projets.
  • Conclure plus d’affaires – La visualisation en 3D impressionne non seulement les clients potentiels mais permet également de véhiculer plus précisément et efficacement vos idées dans un plan. L’être humain interprète naturellement les images en 3D plus aisément que leurs équivalents en 2D, notamment lorsqu’ils ne sont pas formés à la conception traditionnelle de construction en 2D. 
  • Passer au niveau supérieur – En adoptant le BIM, les entreprises plus petites peuvent faire concurrence plus efficacement aux entreprises plus grandes pour des clients et des projets de plus grande envergure. Sans les capacités du BIM, de nombreux projets et clients prépondérants ne sont même pas envisageables. Selon certaines sources, 80 % des entrepreneurs généraux d’engagement élevé (ceux qui utilisent les outils BIM pour plus de la moitié de leurs projets) ont besoin de leurs sous-traitants MEP pour fournir également des modèles BIM. 
  • Construire une relation de confiance avec le client – Travailler avec des modèles en 3D fournit à votre client l’image mentale la plus précise du produit fini. Cette précision s’étend à l’achat de matériaux, à la fabrication, à la planification et à d’autres domaines. Elle améliore le niveau de confiance du client en vos estimations et recommandations, ce qui en conséquence fidélise les clients et apporte des recommandations positives.
  • Travailler plus efficacement – L’étude de Connecting Teams souligne que la plupart des équipes de projet qui utilisent les processus BIM bénéficient de moins d’erreurs sur les projets (61 %), d’une réduction du temps nécessaire à la communication (55 %), d’une meilleure visibilité des projets et d’un meilleur apport du client (52 %) ainsi que de projets de meilleure qualité (52 %). La modélisation en 3D raccourcit les échanges dans l’ensemble et supprime les erreurs potentielles inhérentes à chaque copie des dessins réalisés auparavant par une personne. Tous ces facteurs se traduisent par des projets plus rapides, de meilleure qualité avec un coût moindre et une valeur plus élevée.
  • Éviter l’externalisation – De nombreuses entreprises plus petites comblent l’écart en externalisant leurs besoins en BIM lorsqu’ils surviennent. Il s’agit sans aucun doute d’une meilleure option que de tenter d’ignorer sa nécessité dans le monde actuel de la construction, mais l’externalisation implique également des inconvénients. Par exemple, l’externalisation peut s’avérer coûteuse, la gestion d’un professionnel ou d’un indépendant du BIM extérieur peut s’avérer problématique et favorise les problèmes de communication entraînant des erreurs.

Donc, si vous dirigez actuellement une petite entreprise de construction, avez-vous déjà pris des mesures pour adopter le BIM ? Si oui, nous aimerions beaucoup savoir comment ça se passe dans les commentaires ci-dessous. Si non, pourquoi pas ? L’envisagez-vous dans un avenir proche ?
 

Scan to BIM